Bienvenue dans Belgique Bois de Chauffage

Le chauffage au bois

Le chauffage au bois : une technique parfaitement maîtrisée

Le chauffage au bois est aujourd'hui une technique performante et parfaitement maitrisée. De nos jours, les technologies bois-énergie sont nombreuses et fiables : elles vont du poêle aux chaufferies pour réseau de chaleur en passant par le chauffage central pour les particuliers.

Saviez-vous que...

- 2,6 kg de bois sec correspondentent à 1 litre de mazout

- 2 kg de granulés correspondent à 1 litre de mazout

- La forêt wallonne produit en moyenne 6 à 7 m3 de bois par hectare et par an

- La Wallonie représente 540 000 ha de forêt

Le chauffage au bois est une alternative écologique, renouvelable et économique au combustible fossile.
Il est vrai que la combustion de bois provoque des émissions de CO2, mais celui-ci correspond à la quantité que le végétal a prélevée dans l'atmosphère.
Si la forêt d'origine est gérée de façon durable, la combustion du bois peut être considérée comme neutre par rapport aux émissions de gaz à effet de serre si on excepte le transport et la transformation.

Menée de manière responsable (pas de coupes à blanc, pas de "forêts industrielles"), l'exploitation du bois relève donc de la saine gestion de nos ressources naturelles.
Les élagages, les éclaircies et autres débroussaillements des arbres de nos forêts fournissent une quantité importante de bois qui peut être utilisé pour la production d'énergie, de même que les sous-produits de scieries, de menuiseries, etc.

On peut retrouver le bois sous différentes formes :

 - Les morceaux de bois déchiquetés provenant principalement des exploitations forestières et industrielles, appelées plaquettes ou chips, sont couramment utilisées dans les grandes exploitations.

 - Les briquettes de bois dans la catégorie des bois densifiés, mais il en aussi existe sous forme de granulés (pellets).

Les briquettes de bois se sont développées ces dernières années en alternative au bois de chauffage traditionnel.
L’aspect écologique de revalorisation des copeaux n’est que l’un des nombreux avantages de la briquette de bois compressé.

L’augmentation significative des prix du gaz et du pétrole ont poussé ces dernières années de nombreux particuliers à se tourner vers des solutions de chauffage au bois.
Les briquettes sont adaptées aux inserts, poêles à bois et chaudières et peuvent également être utilisées dans la majorité des autres foyers.

Les briquettes sont formées à base de résidus de bois sec (<15% H2O) et non traité, de type sciures, copeaux ou plaquettes, seuls ou en mélange.
La taille des particules à compacter peut atteindre 50 mm avec cette technologie !
Ils sont compressés à haute pression, sans ajout d’additif de type liant ou autre, et forment des briquettes résistantes, régulières en poids et taille.

La briquette de bois est un produit dont le contenu énergétique est dense, ce qui est du au fait que son humidité est garantie aux alentours de 10%, ce qui est très faible.
A la différence des combustibles fossiles de type charbon ou pétrole, les briquettes de bois présentent un bilan CO2 équilibré et génèrent moins de cendres et de soufre que la lignite.

L’utilisation de briquettes de bois clôt un cycle naturel dans la mesure où la quantité de CO2 rejetée dans l’atmosphère équivaut à celle absorbée par un arbre lors de photosynthèse.

Beaucoup plus sèches que les bûches traditionnelles, les briquettes génèrent plus de chaleur lors de leur combustion, limitant la transformation de l’humidité en vapeur d’eau et l’émission excessive de chaleur dans la cheminée.
Les cendres résiduelles sont en règle générale inférieures à 1% et la densité des briquettes (≥ 1 Kg/dm3 conformément à la norme DIN 51731) nettement supérieure à celle des bûches traditionnelles leur confère un temps de combustion supérieur, limite les étincelles, les claquements et les fumées.

 - Le bois sous forme de bûches.

Avantages/inconvénients

Avantages : Facilement disponible – Prix attractif
Inconvénients : Combustible bois très hétérogène – manutention importante – place suffisante pour le séchage et le stockage.

Marché
Bien que l’unité de commercialisation scientifique du bois bûche soit le stère, dans certaines communes on parle de « corde ». Une corde correspond à 2 ou 3 stères de bois selon les endroits.
Le prix des bûches varie selon l’essence choisie, selon une composition du stère pur ou en mélange.
Le bois sec, directement utilisable sera plus cher que le bois humide qui devra encore être séché par l’acheteur.
Le bois découpé et refendu présentera également un prix plus élevé.
Le transport peut parfois représenter des coûts importants mais la comptabilité des coûts de transport varie d’un vendeur à l’autre. Le prix des bûches augmentent dans les zones où il y a moins de bois disponible.
Il est également possible de posséder une coupe mais encore faut-il la gérer correctement ! Produire du bois bûche est un métier qui nécessite des connaissances, comporte des risques et doit être réalisé dans le respect des bonnes pratiques vis-à-vis de l’environnement forestier.


Origine

Les bûches proviennent généralement de l’exploitation de taillis, taillis sous futaie ou des houppiers (branches) des arbres lors des coupes de bois.
Ce bois n’est pas valorisable pour la scierie ou la menuiserie pour des raisons de qualité et de dimension.
Vu cette origine, les bûches sont des combustibles extrêmement hétérogènes en taille, forme, taux d’humidité: bois vert ou bois sec, gabarits différents, branches
rectilignes, noueuses ou irrégulières.
On différencie le bois de résineux (épicéa, sapin, mélèze, etc.) au bois de
feuillus (charme, hêtre, chêne, etc.).

Conditionnement

Le bois peut se présenter sur le marché sous différentes formes : quartiers,
rondins, fines branches.
Un volume de bûche pour le chauffage est généralement exprimé en stère.
Le 
stère est un empilement de 1m x 1m x 1m (=1 m3) de bûches.
Il contient donc du 
bois et des espaces vides.
La quantité de bois réellement contenue dans un stère va dépendre du diamètre et de la rectitude des bûches.
Si les bûches sont bien droites et régulières, 
le tas sera d’autant mieux rempli – moins d’espaces vides – que si les branches sont irrégulières et noueuses.
Un stère de rondins contiendra donc plus de bois 
qu’un stère de fines branches !
De la même manière, plus les bûches sont courtes, moins elles occuperont d’espace car elles s’imbriqueront mieux!
L’habileté de l’exploitant à former son empilage est aussi un facteur important !

Mais alors… Quel volume réel de bois y a –t-il dans un stère ?
Pour estimer la quantité de bois réellement contenue dans un stère, on utilise
le coefficient d’empilage (CE) :
Coefficient d’empilage (CE) = volume de bois plein/volume empilé



Conseils de stockage

Les bûches demandent une surface de stockage importante, de préférence à l’abri des précipitations.
Le bois doit être séché environ 24 mois dans un endroit ventilé (courant d’air naturel) et à l’abri des précipitations (tôle ou bâche au sommet de l’empilement, les côtés restent ouverts
pour laisser circuler l’air !).
Bien sûr, l’idéal est de surélever un peu le tas de bois pour le préserver de l’humidité du sol (par exemple avec une palette).
Il est intéressant de choisir un endroit pas trop éloigné de la maison pour faciliter le transport des bûches vers l’habitation.
Il est 
aussi conseillé de garder un espace de stockage intermédiaire à l’intérieur pour faciliter l’usage quotidien et éliminer l’humidité de surface due aux intempéries ou à la rosée.
Pour certaines essences comme le chêne ou le châtaignier, il ne faut pas hésiter à laisser les bûches exposées aux intempéries, de sorte que la pluie les lave de leurs tanins, car s’il en reste au moment de la combustion, celle-ci sera mauvaise.
Après cette 
période, le bois pourra être séché normalement (sous abri bien aéré) pendant 1 à 2 ans.



Logo Guichets Energie Wallonie